Un dimanche de temps fort pour la paroisse

Un dimanche de temps fort pour la paroisse

Durant cette journée de temps fort sur la Paroisse de Crémieu, le Père Loïc Lagadec, nous a donné quelques pistes de réflexions sur la famille de Dieu.

Église, famille de Dieu

Être frères et sœurs de et comme Jésus Christ

de :

Il est mon frère, mon sang. Nous avons une origine commune, une histoire commune, un lien non intellectuel mais existentiel, une proximité et une distance simultanée, une confiance.

comme :

Jésus est avec eux, et attend de ses disciples qu’ils soient avec lui. Il leur désigne le Père, comme Père commun, et instaure un nouvel esprit de famille, une âme de fils aîné, leader de la fraternité.

Il est celui qui dit : qui sont ma mère, mes frères ? ou encore un seul est votre Maître, et vous êtes tous frères – Mt 23,8  Ainsi, vous n’avez qu’un seul maître et vous êtes tous frères.

À la résurrection, Jésus dit à Marie-Madeleine : va chercher tes frères. Jésus ne dit pas, tes chefs,  tes pères, ou mes frères, mais tes frères. Jésus-Christ, instaure donc une communauté qui nous rend frère et qui nous confie les uns aux autres.

Si la notion d’Église Famille n’est pas présente dans la Bible, la notion de frères est présente dans le Nouveau Testament, à partir du Christ Frère. Dans le Nouveau Testament il est souvent question des frères, comme on le voit avec Marie-Madeleine : « vas plutôt trouver mes frères…» (Jean 20, 17).

Les Actes des Apôtres, les lettres de saint Paul, l’épître aux Hébreux, jusqu’à l’Apocalypse, utilisent souvent aussi l’appellation de frères pour parler des communautés chrétiennes, signifiant les liens que la foi tisse entre eux et la solidarité fraternelle qu’elle implique.
Je suis signe d’une amitié avec celui qui aime le monde et qui veut que tout homme et toute femme soit sauvé. Pour cela Jésus entreprend un gigantesque mouvement pour se faire connaître et reconnaître, et se faire aimer, et par là, permettre à chaque être humain de vivre à la hauteur des capacités d’amour qui ont été mises en lui.

Le sacrement du mariage :

Dans le sacrement de mariage, c’est la mission de signe d’amour, une école pour apprendre à aimer, une école pour vivre l’Evangile, une école pour vivre la fraternité, l’altérité, la générosité, le don de soi.

Pour l’Église, famille de Dieu, c’est la même chose.

Famille missionnaire et couples missionnaires

On ne peut pas vivre comme tout le monde, si tel est le cas, nous sommes infidèles. On doit vivre notre vie de famille et de couple de tel sorte que ça respire Jésus-Christ.

Cela signifie :  accueil, amour, charité, compassion, miséricorde, soutien, non jugement, parole et geste qui transforment et permettent de vivre autrement mieux.
Être une famille qui porte la vie de la communauté comme celle d’une famille. La communauté n’est pas un club où l’on paye sa cotisation et où on va pour consommer quand on a envie ou quand on en a besoin, mais c’est une famille où on se porte, où on se soutien, se supporte, où les frères et sœurs sont donnés à s’accueillir.

Ce n’est pas une bande d’amis qui se choisissent parce qu’ils se ressemblent, sont du même milieu, votent pareil ou ont un même style de vie ou d’intérêt. Attention à cela, c’est un très très gros risque que d’agir ainsi.

La puissance de la prière

La puissance de la prière

Le Seigneur Jésus a dit : « C’est pourquoi je vous dis, tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu et vous le verrez s’accomplir. »

Marc,11 ,24

Et quand une prière est dite selon le cœur de Jésus, elle obtient des miracles

Pape François

Le jeudi 30 septembre, veille de la fête de Ste Thérèse, je termine une neuvaine pour mes enfants. Au cours de la nuit, je rêve qu’une personne a besoin de ma prière, et je pressens qu’il va se passer quelque chose de grave. Dans mon rêve je disais « d’accord je vais prier Ste Thérèse pour cette personne ». Aussitôt j’entends : « non, Ste Marie Marguerite Alacoque » à deux reprises. A mon réveil je me souviens de ce songe, je suis perturbée, je cherche à quelle date la fête de cette sainte est célébrée. Lorsque je vois qu’il s’agit du 16 octobre je comprends qu’il faut que je commence à prier cette sainte. Les jours suivants mon âme est lourde, les larmes me coulent parfois sans comprendre pourquoi et pour qui. Le mardi 5 octobre je commence donc une neuvaine à Ste Marguerite Marie et je lis sa vie que je ne connaissais pas.

Le 9 octobre à 5h, mon petit-fils Sacha voit le jour à l’hôpital « mère-enfant » de Lyon. Ma fille accouche en urgence par césarienne, car le cœur de bébé bat de plus en plus faiblement. Le médecin de permanence, cardiologue reconnu, diagnostique aussitôt une péricardite avec épanchement, ce qui empêche le cœur de battre. La tension est à zéro. Ponction du liquide, transfusion de sang (l’enfant a perdu du sang) stabilisent son état. Cependant à 8 heures, les médecins annoncent à ma fille que son enfant est perdu : s’il survit il restera handicapé, son cerveau ayant certainement été lésé. Il est admis en réanimation. Stéphanie, quant à elle, se remet doucement car elle a fait une hémorragie importante.

Dès que j’apprends cette nouvelle, je contacte les prêtres de la paroisse, quelques paroissiens, des amis, différentes communautés dont celle des gens du voyage dont Jean-Luc est aumônier, pour mettre en route une chaîne de prière demandant, avec insistance, d’invoquer Ste Marguerite Marie pour la guérison de Sacha. Le Père Ange, originaire de Côte D’Ivoire, en fait de même avec ses contacts dans son diocèse d’origine.
Nous nous sentons soutenus dans cette épreuve, par cette prière incessante, et dans les jours qui suivent, petit à petit, l’état de Sacha s’améliore, au point que le mercredi 13 les soignants du service de réanimation où il se trouve disent à notre fille ; « c’est incroyable cet enfant, on dirait qu’il ne s’est rien passé ! » L’IRM du cerveau ainsi que l’électroencéphalogramme sont normaux, il n’y a aucune lésion cérébrale.

Il sort rapidement de réa, il se remet doucement, n’a plus aucun traitement. Il est tout d’abord avec sa maman dans une chambre « kangourou » et le vendredi 22 octobre Notre fille et Sacha ont la joie de se retrouver en famille dans leur domicile.

Je suis certaine aujourd’hui qu’un miracle s’est produit, Sacha étant guéri sans aucune séquelle, malgré son état initial et ce qu’avaient annoncé les médecins à la naissance, et cela grâce à l’intercession de Ste Marguerite Marie au Sacré Cœur de Jésus, et de tous ceux qui ont prié pour sa guérison.
Le 16 octobre avec Jean-Luc nous sommes allés à Paray Le Monial, pour rendre grâce en participant à la messe et à la procession. « Nous y avons cru, et tu nous as exaucé ! » Merci à tous ceux qui ont prié pour la guérison d Sacha.
Que Dieu vous bénisse

Magnificat : « Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu mon sauveur…… »

Danielle

Père Ange Emian – Nouveau vicaire sur la paroisse

Père Ange Emian – Nouveau vicaire sur la paroisse

Qui est le Père Ange ?

Un franc sourire, beaucoup d’enthousiasme et de jovialité, c’est l’image que nous donne le père Ange qui vient d’arriver dans notre paroisse.

Brice Mathieu Kénadio Ange EMIAN arrive de Côte d’Ivoire, plus spécialement d’Abidjan, comme le père Cyrille, de deux ans son aîné, dont il était le co-disciple au séminaire !

Ses origines :

Le père Ange est originaire d’Abengourou et de Grand Bassam, né il y a 33 ans dans une grande famille chrétienne de 8 enfants avec des parents tous deux enseignants.
Le rêve du petit Ange était de devenir footballeur, mais vite le désir de la prêtrise s’est manifesté en lui et la rencontre d’un prêtre nigérian des missions africaines, le père Robert Obro, a été le déclic qui a fait qu’à 9 ans, Ange quittait sa famille pour entrer au petit séminaire d’Aboisso.
La séparation d’avec la maman a été très douloureuse néanmoins Ange a poursuivi ses études pour terminer brillamment au grand séminaire d’Anyama.
Le père Ange aura l’opportunité de résider dans différentes régions de Côte d’Ivoire, au cours de sa formation, mais Aboisso restera toujours pour lui un lieu marqué par les souvenirs, ceux difficiles des deux premières années de collège, avec les pleurs du petit garçon séparé de sa famille, ensuite celui du stage qu’il a accompli au même petit-séminaire, à la demande expresse de son évêque, et surtout, celui de son ordination presbytérale qui a eu lieu le 25 janvier 2014, en l’église St François Xavier.

Départ pour la France :

Après 7 ans de sacerdoce dans 3 paroisses différentes dont deux rurales et à Assinie, belle ville touristique du bord de mer, Ange est envoyé en France pour continuer ses études par Monseigneur Raymond Ahoua
Passionné de philosophie, de théologie ou de psychologie, Ange se verra appeler par son évêque, du reste ouvert à tous les domaines professionnels de la société et en charge des médias au sein du conseil épiscopal, à suivre des cours de journalisme … !

Sa mission :

Le père Ange sera en mission sur notre paroisse toute sa première année et ensuite il devra partager son temps entre études et paroisse.
Pour Ange, c’est le premier contact avec la France, mais une partie de sa famille, dont son grand frère, vit à Paris.
Le père Ange apprécie beaucoup notre région et la jolie ville médiévale de Crémieu et surtout le chaleureux accueil qu’il a reçu de la part des paroissiens.

Donc, bienvenue à lui et remercions le Seigneur de nous avoir envoyé si rapidement un nouveau vicaire !

Pèlerinage diocésain à Lourdes – 2021

Pèlerinage diocésain à Lourdes – 2021

Nous avons vécu un merveilleux pèlerinage avec le diocèse entouré de nos 2 évêques avec pour thème « Je suis l’immaculée conception » : de belles rencontres et échanges avec les chrétiens de tous âges des autres paroisses, des célébrations journalières dans les différents lieux du sanctuaire pour vivre un temps de ressourcement, de catéchèse et de fraternité.

Une ferveur toujours intense, 163 ans après les apparitions des pèlerins de tous pays pour répondre à l’appel de Marie adressé à Bernadette, vivre les gestes de l’eau et de la lumière, et lui confier tous nos fardeaux. La prière journalière du Rosaire a illuminé notre foi.
Les malades étaient absents en cette année si particulière, mais étaient toujours présents au cœur de nos prières.

Pour enrichir ce pèlerinage, le diocèse nous a emmenés découvrir l’antique sanctuaire marial de Bétharam, proche de Lourdes, lieu où Bernadette s’y rendait souvent pour prier la Sainte Vierge, berceau de la congrégation du Sacré Cœur de Jésus et s’unir à la Passion du Christ sur le beau chemin de croix.

Merci Marie pour cette belle semaine passée en ta compagnie.

Monique & Bernard Roussot

1er messe de James Alcantara

1er messe de James Alcantara

« Ce 4 Juillet 2021 fera date dans la vie de notre Paroisse St Martin de l’Isle Crémieu ! La joie et l’émotion étaient visibles sur les visages et emplissaient les cœurs.
Joie de vivre, dans notre église St Jean Baptiste, la messe d’action de grâce du Père James, ordonné depuis huit jours.
Émotion de voir le Père Cyrille repartir très bientôt chez lui, en Côte d’Ivoire. Celui-ci nous a livré quelques pépites de ce qui a fait sa vie durant ces trois années passées parmi nous ; Il a remercié toutes les personnes et toutes les familles qui lui avaient ouvert leur porte ; Il repart le cœur chargé de nos rencontres et nous invite chaleureusement dans son pays !

Qu’importe la pluie ! Un temps très festif s’est déroulé à la maison paroissiale, autour du verre de l’amitié suivi d’un barbecue et de différents mets notamment du « saka saka », délicieux plat à base de feuilles de manioc, préparé par une femme congolaise. Des enfants s’égayant parmi tous, des plus âgés, des familles, des amis venus pour l’occasion de paroisses voisines… une chaleureuse présence a entouré nos deux prêtres ; Thierry fit un magnifique discours, les jeunes papas offraient un chant ; Le Père James reçut des chasubles, une aube et une « valise de messe » ; Le Père Cyrille un cadeau « très léger » (bagage aérien oblige !) – mais non moins utile ! Larissa au micro nous invita à louer le Seigneur et nous avons dansé pour Lui au son du tam-tam avant d’entonner la louange brésilienne. Dieu était vraiment au milieu de nous !

« Jeunes et vieux se réjouiront ensemble, je changerai leur deuil en fête, je les consolerai » (Jérémie 31/13)

Les paroissiens

Ordination de James Alcantara Almada

Ordination de James Alcantara Almada

Aujourd’hui à la basilique du sacré cœur de Grenoble, le Seigneur s’est choisi James Alcantara Almada comme prêtre. Rendons grâce à Dieu.
Célébration émouvante riche en couleurs et pleine de beauté.

Toutes nos prières accompagnent James pour un ministère fructueux.

Père Cyrille

ordination james alcantara almanda