Éditorial du Père Simon – juin 2021

Mai 31, 2021éditorial du Père Simon, paroisse crémieu

La réouverture des restaurants, des cinémas, des commerces, de nos maisons paroissiales et d’autres espaces publiques, serait-elle un signe d’espérance qui nous permet de rêver voir le bout du tunnel de la crise sanitaire ? Non, n’allons pas trop vite ! Les mesures barrières n’ont pas changé. Le mode de vie reste le même.

Un malade mental (fou) disait aux passants bien portants: « Eh toi ! Il faut te vacciner, sinon, tu vas repartir encore en prison. Regarde-moi, je ne fais pas comme toi, je respecte la distanciation… » . Et un autre bien portant, réagissant aux dires du « fou », dit : « en fait, il a raison ! ».

La jauge de la situation sanitaire de demain serait notre bonne conduite durant ce temps qui s’ouvre. Mais la tentation est grande. Saurions–nous éviter de tomber dans le piège du laxisme ? Du « laisser- aller » ? C’est à chacun d’être responsable, pas seulement de sa vie, mais aussi responsable de la vie des autres.

Le vaccin serait peut-être l’un des moyens qui nous protégerait et nous aiderait à retrouver nos beaux moments d’hier. Que chacun écoute sa conscience et engageons – nous tous sur une voie qui serait salvifique pour chacun et pour notre humanité.
Nous avons besoin de la liberté de nous déplacer, de nous réunir et de la sécurité sanitaire pour bien vivre les événements de cet été : le baptême, la communion, le mariage, l’ordination, la première messe de James et l’au revoir du Père Cyrille le 4 juillet.

Le dimanche de la Pentecôte, comme les disciples d’Emmaüs nous disions: « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? ». Nos cœurs brûlaient et nous avions reçu en abondance l’Esprit-Saint, le défenseur, le guide, le consolateur que Jésus nous a donné, pour que nous soyons une Eglise pas cloitrée, mais en sortie, proche des hommes.

Demandons que l’Esprit Saint nous assiste et nous protège contre la peur et le laxisme. Que Marie intercède pour nous auprès de son fils.